Capitulation de la Grèce face à l’Europe : le précédent du Japon

Jeudi 10 septembre 2015, par Julien CHAUVIERRE // Europe

L’épée dans les reins, les autorités grecques ont accepté les conditions draconiennes imposées par l’Union européenne pour le déclenchement d’un troisième plan de secours à leur économie. Ce plan provoque un large scepticisme, en particulier pour l’argument politique qui retient notre attention ici : les mesures imposées sous diktat sont un déni de démocratie et ne permettent jamais leur « appropriation » par la population. Or, il y a eu diktat en Grèce, celui d’une menace d’exclusion de l’euro, et même mise sous tutelle (en juillet, on avait donné deux jours aux députés grecs pour se prononcer sur 1000 pages de textes de lois, des textes largement rédigés à l’étranger). Selon l’argument, le plan est voué à l’échec...

Répondre à cet article